Fermer le menu
 Vous êtes ici :Accueil > Quotidien > Vidéo Protection
Quotidien
Imprimer la pageConvertir au format pdf

Vidéo Protection

Afin de prévenir la délinquance sur son territoire, Versailles Grand Parc a décidé de mettre en place un système de vidéoprotection.

Ce système est destiné à protéger différentes zones des communes de l’agglomération, avec l’objectif notamment de se doter d’un outil de contrôle des trajectoires de la délinquance.

En juin 2011, le schéma directeur de vidéoprotection urbaine a notamment défini les lieux à protéger et les finalités poursuivies : protection des bâtiments et installations publiques et surveillance de leurs abords, régulation du trafic routier, constatation des infractions aux règles de la circulation, prévention des atteintes à la sécurité des personnes et des biens dans des lieux particulièrement exposés à des risques d'agression ou de vol.

Les communes et les forces de police compétentes définissent la liste des sites à protéger. Versailles Grand Parc assure la maitrise d’ouvrage des travaux de déploiement du système permettant la collecte et l’extraction des données, leur enregistrement, ainsi que leur visualisation en direct et en différé.

Versailles Grand Parc finance le réseau de transport des images qui relie toutes les mairies au centre de stockage intercommunal, le centre d’exploitation avec station de visualisation et d’extraction et les stations de visualisation dans les commissariats et gendarmeries concernés.
En revanche les communes ont pris en charge l’achat des caméras, le réseau de desserte, et la station de visualisation communale, Versailles Grand parc a participé à hauteur de 20 euros par habitant à ces dépenses.

2013 marque l’achèvement de la première phase de déploiement du dispositif de vidéo protection. 150 caméras ont été implantées sur l’ensemble des communes du territoire à des endroits stratégiques, comme les abords des gares ou les entrées et sorties des centres urbains.
Au terme de cette phase, toutes les forces de police nationales et municipales ont désormais accès aux images en temps réel. Celles-ci sont stockées pendant 10 jours, période durant laquelle elles peuvent être vues seulement sur réquisition du procureur ou à la demande d’un particulier souhaitant vérifier s’il a été filmé. Elles sont ensuite détruites.
La deuxième phase du déploiement, votée fin 2013, est caractérisée par l’intégration des communes de Bougival et de La Celle Saint-Cloud et par le renforcement des systèmes existants dans les communes déjà adhérentes.

partager cet article sur ...

facebook twiiter addthis

Commenter, partager, échanger ...