Randonnées à Versailles Grand Parc


DES OBJECTIFS LIÉS À LA VALORISATION DU TERRITOIRE

Les principaux objectifs poursuivis par l’Agglo sont de :

  • Créer des circuits de randonnée labellisés
  • Valoriser le territoire de la plaine de Versailles, de la haute vallée de la Bièvre et les richesses patrimoniales.
  • Favoriser les randonnées pédestres entre les communes.
  • Développer le tourisme vert dans la vallée et ses villages.
  • Proposer des sentiers qui fassent le lien entre la vallée et le plateau agricole.

Afin de permettre la découverte de son territoire, Versailles Grand Parc, en lien avec le comité départemental de la randonnée pédestre (Codérando), a en outre créé sept circuits de randonnée labellisés : trois sur la plaine de Versailles et quatre en vallée de la Bièvre.

La labellisation conférée par Codérando, qui bénéficie d’une délégation du Ministère des sports pour l'activité de randonnée pédestre, donne l’assurance de disposer de sentiers répondant à des critères de qualité.


RANDONNÉES DANS LA PLAINE DE VERSAILLES

La plaine de Versailles est une région naturelle de France qui s'étend dans les Yvelines entre le château de Versailles à l'est et la vallée de la Mauldre à l'ouest.

Elle offre une composition paysagère à grande échelle peu ordinaire, à la fois naturelle et patrimoniale, grâce à la conjonction de la perspective du Château de Versailles avec l'axe de son synclinal.

UN SITE PRÉSERVÉ

La partie Est de la Plaine de Versailles correspondant en partie à l'ancien domaine de chasse des rois de France a été classée en 2000, au titre de la loi du 2 mai 1930 relative à la protection des monuments naturels et des sites de caractère artistique, historique, scientifique, légendaire, ou pittoresque. Le site classé s'étend sur 2650 ha, essentiellement sur des espaces agricoles ou naturels.

DES CIRCUITS DE MOINS DE 10 KM

Trois boucles de randonnées sont proposées pour partir à la découverte du patrimoine de la Plaine de Versailles.

Depuis Fontenay-le-Fleury, gagnez l'allée royale avec sa vue sur le château de Versailles.

Sur le Haut Fontenay, l’histoire semble révéler la présence d’une motte féodale (levée artificielle sur laquelle est construite une fortification en bois, appartenant à un seigneur) avec sa maison forte, datant certainement du XIe ou XIIe siècles, ainsi qu’un Hôtel Seigneurial, le Manoir de la Chapelle Saint Jean. Un ru dénommé Pré des Seigneurs témoigne également de cette présence ancienne de Seigneurs sur la commune.

A découvrir en chemin 
  • Parc des Missionnaires : Domaine, appelé autrefois la Franchinerie, acquis par Louis XIV pour Madame de Maintenon. Une résidence y fut construite au début du XVIIIe siècle pour les Missionnaires, éducateurs de la maison royale de Saint-Cyr. Le château a été détruit en 1976, pour des raisons de sécurité. Le parc fut redessiné après la tempête de 1999 qui avait détruit une partie de la collection d'arbres centenaires.
  • Chapelle Saint- Jean : La chapelle Saint-Jean, de style gothique, conserve néanmoins des touches d’art roman. Agrandie en 1857 par une abside, elle fut réhabilitée en 1964. Suite à la tempête de 1999, une rénovation est réalisée en 2006. Aujourd'hui, la chapelle retrouve son architecture d’origine et accueille des évènements culturels.
  • Château de Ternay : Le château de Ternay est cité en 1482 sur les registres du tabellionnage de Villepreux. La propriété a été modifiée au XIXe siècle en style Directoire. Sacha Guitry y vécut entre 1937-1957. Puis, le château a été racheté par la famille Le Vicomte et est devenu une propriété privée.
  • Chemin du Pont des Roches  : Le chemin du Pont des Roches tient son nom d’une ancienne famille appelée Roche dont l’un d’entre eux Jeuffroy de La Roche a été gouverneur de la Ménagerie du Roi et Commandant des gardes- chasse du Parc Royal en 1686.
  • Aqueduc de l’Avre : Construit en 1893, il relie Verneuil sur Avre dans l’Eure et Paris en traversant la plaine de Versailles. Il alimente la ville de Paris en eau potable. L’aqueduc est constitué d’une galerie maçonnée souterraine, dont la trace est perceptible dans le paysage grâce à la coulée verte situé au- dessus de l’ouvrage
  • L'Allée Royale de Villepreux (De Versailles à Villepreux) : C'était la principale des cinq allées partant en faisceau depuis l’Étoile Royale, formant un ensemble paysager majestueux qui fut comparé à « la main du Roi se posant sur son territoire ». Ainsi, en prolongement du Grand Canal, l’Allée royale de Villepreux relie le château de Versailles à la commune de Villepreux, à travers le grand parc de chasses du Roi. Elaborée par Le Nôtre, dessinateur et architecte des jardins du Château, ce dernier souhaitait faire de cette allée un axe dégagé visible de la Galerie des Glaces et s’étendant jusqu’à l’horizon pour sublimer la perfection géométrique des jardins du Château. L’Allée royale, d’environ 5 km de long, était une avenue enherbée, cadrée de part en part par deux allées principales de 5 m, bordées d’un double alignement d’ormes champêtres et, à l’extérieur, des contreallées de 3 mètres.
  • Forêt communale de Villepreux

Téléchargez la fiche rando

Retrouvez ce parcours sur les applications de randonnées :

ViewRanger    VisoRando    AllTrails

Des vestiges du château des Gondi à Noisy-le-Roi au val de Gally, découvrez les richesses paysagères et patrimoniales de la Plaine de Versailles.

En 1568, Albert de Gondi récupère la Seigneurie de Noisy. Il est alors grand chambellan et Maréchal de France, proche conseiller, de Charles IX. Il fait construire, à Noisy, un château. La seigneurie de Noisy restera dans la famille de Gondi jusqu’au milieu du XVIIe siècle. 
La Porte des Gondi est une porte de l’ancien château de Noisy- le- Roi (ou château des Gondi), datant de la 2ème moitié du XVIème siècle et construit par Albert de Gondi . Aujourd’hui entièrement détruit, la porte des Gondi reste le dernier vestige des fastes d’antan. La Porte des Gondi est classée Monument Historique. Un sentier d’interprétation permet de découvrir l’histoire des lieux.

A découvrir en chemin
  • Le lavoir Saint-Nicolas (Rennemoulin) : Ce lavoir est un des rares lavoirs de la région bâti en atrium. Il abrite un oratoire dédié à Saint- Nicolas, patron de Rennemoulin jusqu’à la Révolution.
  • Ancienne ferme royale de Moulineaux et ferme de Pontaly : L’origine de l’implantation des fermes de Moulineaux et de Pontaly remonterait à priori au XIIe et XIIIe siècle. Celle- ci est liée à l’installation de moulins profitant de la situation de confluence des rus de Gally et de Maltoute, le nom "Moulineaux" étant très certainement lié aux moulins à eaux. L’architecture des fermes anciennes porte l’identité rurale locale. Elles constituent des points forts dans les paysages très ouverts de la plaine de Versailles. Elles constituent un attrait paysager majeur, expressif de la gestion du Grand Parc des Chasses et de la vie rurale de l’époque.
  • Château de la Pépinière - Mairie de Bailly : Cette maison bourgeoise ou « Château » est édifiée en 1850 par Charles Soulange Renard, banquier parisien, sur une ancienne pépinière de 15 hectares.
  • Château de Bailly : Commencé par Catherine de Saint Benoist pour Jehan de Saint-Benoît vers 1526, il est achevé par son gendre Jacques des Ligneris en 1538 et vendu en 1571 à Albert de Gondi. Les propriétaires successifs apportèrent chacun des aménagements : une terrasse (1ère moitié du XVIIIe siècle), une réfection des façades (fin du XVIIIe siècle au début du XIXe siècle). Le château est aujourd’hui propriété de la fondation Stern
  • Eglise Saint Sulpice (Bailly) : Église paroissiale et royale sous Louis XV, datant à la fois de la période gothique (XIIIe siècle) et classique (la date 1610 est gravée dans le bois de la grande porte). Elle est dotée de plusieurs œuvres d’art classées.
  • Porte de Bailly : A l’origine Porte de Noisy, ouvrant sur le chemin des Princes, la Porte de Bailly permettait aux petits-fils de Louis XIV de se rendre au château de Noisy où se trouvait un chenil, pour chasser en forêt de Marly ou de St Germain. La porte de Bailly est une des sorties possibles du petit parc. Le chemin qui conduit au parc de Versailles prend naissance à l’extrémité nord du bras du Grand Canal, côté Trianon. Il permet aux piétons de joindre le centre Versailles à Bailly en 50 minutes environ.

Téléchargez la fiche rando

Retrouvez ce parcours sur les applications de randonnées :

ViewRanger    VisoRando    AllTrails

Depuis Villepreux, où Saint-Vincent de Paul créa une maison de charité, découvrez le beau village de Rennemoulin.

C’est à Villepreux que Saint Vincent de Paul crée la deuxième maison de charité du royaume. Il sera également précepteur, dans la maison de Philippe- Emmanuel de Gondi, général des galères de France.

A découvrir en chemin
  • L'Allée Royale de Villepreux (De Versailles à Villepreux) : C'était la principale des cinq allées partant en faisceau depuis l’Étoile Royale, formant un ensemble paysager majestueux qui fut comparé à « la main du Roi se posant sur son territoire ». Ainsi, en prolongement du Grand Canal, l’Allée royale de Villepreux relie le château de Versailles à la commune de Villepreux, à travers le grand parc de chasses du Roi. Elaborée par Le Nôtre, dessinateur et architecte des jardins du Château, ce dernier souhaitait faire de cette allée un axe dégagé visible de la Galerie des Glaces et s’étendant jusqu’à l’horizon pour sublimer la perfection géométrique des jardins du Château. L’Allée royale, d’environ 5 km de long, était une avenue enherbée, cadrée de part en part par deux allées principales de 5 m, bordées d’un double alignement d’ormes champêtres et, à l’extérieur, des contreallées de 3 mètres.
  • La Chapelle Saint Nicolas (Rennemoulin) : La chapelle du prieuré Saint- Nicolas a été construite en 1202 et bâtie au bord du ru de Gally. Au XVIème siècle, elle devint église paroissiale et continue d’être administrée par des prieurs de l’abbaye. La chapelle est désaffectée depuis 1793. Le cloître a aujourd’hui disparu. La chapelle a fait l’objet d’une restauration en 2016.
  • Le ru de Gally (Rennemoulin) : Cours d'eau qui prend sa source dans le parc du Château de Versailles et que vous traversez en empruntant le pont de pierres à Rennemoulin
  • Le lavoir Saint-Nicolas (Rennemoulin) : Ce lavoir est un des rares lavoirs de la région bâti en atrium. Il abrite un oratoire dédié à Saint- Nicolas, patron de Rennemoulin jusqu’à la Révolution.
  • Maison Saint-Vincent de Paul (Villepreux) : En 1613, Vincent de Paul devient précepteur du dernier enfant de Philippe- Emmanuel de Gondi. Touché par la misère matérielle et spirituelle des gens des campagnes, il ouvre une maison de charité en 1618. C’est aujourd’hui l’une des rares maisons en pans de bois à subsister dans la région.

Téléchargez la fiche rando

Retrouvez ce parcours sur les applications de randonnées :

ViewRanger    VisoRando    AllTrails


RANDONNÉES EN VALLÉE DE LA BIÈVRE

Le site de la vallée de la Bièvre constitue un ensemble naturel parmi les plus proches de la capitale. Ces paysages remarquables et variés en font un lieu de visite privilégié des citadins.

UN SITE CLASSÉ

À moins de 20km de Paris, bien desservi par les autoroutes et le RER, le site de la vallée de la Bièvre est enserré entre le plateau de Saclay et la plaine de Versailles. Cet espace a fait l’objet d’un classement en juillet 2000 afin de préserver la qualité paysagère, naturelle et architecturale.

L’enjeu est donc de concilier la dimension de loisir qu’offre cet espace avec la nécessité de sa protection et valorisation.

DES BOUCLES DE 10 A 15 KM

Ces boucles offrent tant aux habitants qu'aux randonneurs le plaisir d'emprunter des sentiers de promenade et de découvrir les richesses patrimoniales et naturelles du site classé.

Arpentez ses coteaux et longez ses étangs. Le site classé de la haute vallée de la Bièvre est à vous... avant que la rivière n’aille achever sa course sous les pavés de la capitale !

L'Aqueduc de Buc est construit de 1682 à 1686 pour acheminer les eaux drainées sur le plateau de Saclay à Versailles dans les réservoirs étangs Gobert, sur un projet de l’ingénieur Thomas Gobert et des dessins de Jules Hardouin-Mansart, à la demande de Colbert, sur ordre de Louis XIV. Il mesure 580 m de longueur pour 21 m de hauteur et comporte 19 arcades. La maison du fontainier qui est accolée a été terminée en 1686. Elle est toujours habitée.

A découvrir en chemin
  • Eglise Saint- Martin (Jouy-en-Josas) : Edifiée au XIIIe siècle, cette église classée Monument Historique garde seulement quelques vestiges de cette période : le rez- de- chaussée du clocher et deux colonnes à chapiteaux à crochets dans la deuxième travée. Le clocher de l’église haut et pointu est flanqué de quatre pyramidions, forme insolite dans la région. A l’intérieur, on peut notamment y observer une rare statue en bois polychrome de la Vierge à l’Enfant dite la Diège, qui signifie « Mère de Dieu » et qui date du XIIe siècle. Cachée pendant la Révolution dans la ferme de Viltain et oubliée là pendant 50 ans, elle fut retrouvée en 1850.
  • Musée de la Toile de Jouy (Jouy-en-Josas) : Créé en 1977 au sein du château de Montebello, le musée rend hommage à Oberkampf, l’un des plus grands entrepreneurs de son temps, et commémore cette remarquable aventure industrielle. En 1991, le musée s’installe au château de Églantine. Les collections permanentes invitent à la découverte de l’histoire de la manufacture, des techniques d’impression et des nombreuses utilisations de la toile de Jouy. Le musée possède désormais une collection remarquable de près de 7.000 pièces, témoignant du vif goût pour la toile de Jouy dans le costume et l’ameublement, du XVIIIème au XXIe siècle.
  • Aqueduc de Buc dit "Les Arcades" : L’aqueduc a été construit de 1682 à 1686 pour acheminer les eaux drainées sur le plateau de Saclay à Versailles vers les réservoirs appelés étangs Gobert. Le projet a été conçu par l’ingénieur Thomas Gobert et les dessins ont été réalisés par Jules Hardouin- Mansart, à la demande de Colbert, sur ordre de Louis XIV. Il mesure 580 mètres de longueur pour 21 mètres de hauteur et comporte 19 arcades. La maison du fontainier qui y est accolée a été terminée en 1686 et elle est toujours habitée.
  • Etang de la Geneste (Buc) : L'étang de la Geneste a été creusé en 1948 pour protéger Buc des inondations. Il canalise les eaux de la Bièvre. Depuis il a connu un agrandissement. Les connaisseurs de la bande dessinée Blake et Mortimer reconnaîtront l’environnement de l’album SOS Météores.
  • Maison de Léon Blum (Jouy-en-Josas) : C’est dans cette ancienne ferme du XVIIe siècle, le Clos des Metz, que Léon Blum, leader du Front Populaire, s’installe à son retour du camp de concentration de Buchenwald avec sa femme Jeanne (dite Janot) qui l’avait rejoint pour l’épouser en 1943. Après quelques années de retraite heureuse auprès de son épouse, il décédera dans cette maison le 30 mars 1950 à l’âge de 78 ans. Transformé en musée en 1986, ce lieu imprégné d’histoire a été ouvert au public. Le bureau et la bibliothèque ont été conservés à l’identique et offrent une présentation de la vie politique et de l’oeuvre littéraire de Léon Blum. 
  • Forêt domaniale de Versailles

Téléchargez la fiche rando

Retrouvez ce parcours sur les applications de randonnées :

ViewRanger    VisoRando    AllTrails

En partant de la vallée de la Bièvre, allez à la découverte d’un petit vallon secret où se nichent 3 étangs qui abritent une flore diversifiée et de nombreux oiseaux. 

Le Parc Départemental des Côtes de Montbron à Jouy-en-Josas vous dévoile son ruisseau et ses trois étangs, bordés de prairie et de bois. Un sentier vous permet de faire le tour des étangs. L’occasion de profiter du calme et de la beauté du site. Un lieu de promenade idéal entre les Loges-en-Josas et Jouy-en-Josas.

A découvrir en chemin 
  • Musée de la Toile de Jouy (Jouy-en-Josas) : Créé en 1977 au sein du château de Montebello, le musée rend hommage à Oberkampf, l’un des plus grands entrepreneurs de son temps, et commémore cette remarquable aventure industrielle. En 1991, le musée s’installe au château de Églantine. Les collections permanentes invitent à la découverte de l’histoire de la manufacture, des techniques d’impression et des nombreuses utilisations de la toile de Jouy. Le musée possède désormais une collection remarquable de près de 7.000 pièces, témoignant du vif goût pour la toile de Jouy dans le costume et l’ameublement, du XVIIIème au XXIe siècle.
  • Etangs des Côtes de Montbron (Jouy-en-Josas)
  • Eglise des Loges-en-Josas : C’est au XIIIe siècle qu’a été édifiée une chapelle dédiée à Saint Eustache. Cette chapelle fut détruite au XVIIe siècle et remplacée par l’église actuelle, construite vers le milieu du XVIIIe siècle. Saint Eustache est un martyr, de l’époque de Trajan et Hadrien, et comme c’est le patron des chasseurs, la communauté forestière du lieu- dit Les Loges se place sous sa protection. Cet édifice est composé d’une nef unique flanquée d’un clocher carré et la façade conserve une porte Renaissance du XVIe siècle. De nouveaux vitraux ont été installés en 1984- 85 par les peintres- verriers Annie et Patrick Confetti. 
  • Maison forestière de la Porte de Jouy : Pavillon faisant partie des 24 construits à partir de 1677 sur les plans de Jules Hardouin-Mansart pour protéger l’accès du grand parc de chasse de Versailles. Il a été transformé en maison forestière.
  • Ferme de Viltain (Jouy-en-Josas) : Ferme pédagogique accueillant les familles pour découvrir la vie à la ferme. C'est aussi le point de départ du sentier d’interprétation agricole de 6 kilomètres à travers champs permettant de découvrir le plateau de Saclay, sa faune et sa flore.

Télécharger la fiche rando

Retrouvez ce parcours sur les applications de randonnées :

VIEWRANGER    VISORANDO    ALLTRAILS

Parcourez les deux versants de la vallée de la Bièvre pour aller découvrir Jouy-en-Josas, village rendu célèbre par Oberkampf qui y créa une manufacture de toiles imprimées.

Jouy-en-Josas a été choisie pour la qualité de son eau (la Bièvre) et la proximité de Paris et de Versailles. La fabrication débuta en 1760. Grâce à l’ingéniosité d’Oberkampf, la manufacture devint alors la plus grande manufacture d’Europe, employant 1237 personnes en 1821. Oberkampf bénéficia de la proximité de la Cour de Versailles, passa au travers de la tourmente révolutionnaire, connut une prospérité étonnante sous le Consulat, et fut décoré de la Légion d’Honneur par Napoléon lui-même.

A découvrir en chemin 
  • Eglise Saint- Martin (Jouy-en-Josas) : Edifiée au XIIIe siècle, cette église classée Monument Historique garde seulement quelques vestiges de cette période : le rez- de- chaussée du clocher et deux colonnes à chapiteaux à crochets dans la deuxième travée. Le clocher de l’église haut et pointu est flanqué de quatre pyramidions, forme insolite dans la région. A l’intérieur, on peut notamment y observer une rare statue en bois polychrome de la Vierge à l’Enfant dite la Diège, qui signifie « Mère de Dieu » et qui date du XIIe siècle. Cachée pendant la Révolution dans la ferme de Viltain et oubliée là pendant 50 ans, elle fut retrouvée en 1850.
  • Maison du Pont de Pierre (Jouy-en-Josas) : En 1760, cette maison est louée au profit du Sieur Abraham Guerne de Tavannes, premier associé de Christophe-Philippe Oberkampf qui y imprime la première toile de Jouy.  On trouve encore dans le jardin les stèles de la famille Oberkampf, qui protestante ne pouvait être inhumée dans le cimetière paroissial.
  • Domaine de la cour Roland (Jouy-en-Josas) : Le nom de Cour Roland apparaît dès 1290. Le domaine de la Cour Roland faisait partie de l’Abbaye du Val-Profond à Bièvres. Il a été laissé à l’abandon et tombé en ruine au moment de la guerre de 100 ans. Dans les années 70, le château abandonné, menaçant ruine, a dû être détruit. Mais, le domaine est progressivement aménagé. Les anciens communs du château où logent les Ateliers et le Relais Nature sont restaurés.
  • Château du bois du Rocher (Jouy-en-Josas) : Château habité par Georges Mallet en 1912. En 1926, il fut acquis par le banquier d’origine norvégienne Olof Aschberg. On remarque à l'entrée de la propriété le pavillon de gardien en style norvégien. Le banquier donna la maison en 1950 à l’Unesco qui la vendit en 1992. Le domaine est désormais un lieu de séminaires, mariages et de tournage de films.
  • Domaine de Montéclin (Bièvres) : Le site de Montéclin a été fréquenté par les hommes du Néolithique. Au VIe siècle, les moines de l’Abbaye de Saint- Germain- des- Prés, propriétaires du domaine, le nommaient en latin « Quasi Mons ad Solem Declinans » (le Mont face au couchant) puis au XIIe siècle, l’abrégèrent en « Mondeclen ». En 1716, cette seigneurie devint la propriété de Georges Mareschal, premier chirurgien de Louis XIV. Ensuite, elle a appartenu à François- Georges Maréchal, Marquis de Bièvre, écrivain français connu sous le pseudonyme de Sieur de Bois- Flotté. En 1830, c’est l’amiral Ferdinand Alphonse Hamelin, Ministre de la Marine, qui en devint propriétaire. A sa mort en 1864, la famille Mallet, héritière des manufactures Oberkampf de Jouy- en- Josas, occupa ces lieux et leur donna une ampleur incomparable. Le château abrita la délégation ottomane à la conférence de Paris en 1919. Au cours de la guerre de 1939- 1945, lors d’un bombardement du champ d’aviation de Villacoublay, le château sera partiellement détruit. La longue histoire du domaine de Montéclin a laissé un réseau de chemins tout à fait exceptionnel. Pas moins de 15 km de chemins sont ouverts pour accueillir les visiteurs.
  • Moulin de Vauboyen (Bièvres) : Au XVIème siècle, le moulin de Vauboyen faisait partie du domaine de Montéclin. Le hameau de Vauboyen était essentiellement composé du moulin-ferme, du château et des domaines de la Roche-Dieu et des Roches. En 1959, le moulin de Vauboyen devient la propriété de l'éditeur d'art Pierre De Tartas. Il y créa un centre d’art privé et un lieu d’échanges culturels entre artistes qui fonctionne jusqu’en 2008. Aujourd’hui, le moulin appartient à la commune de Bièvres.

Téléchargez la fiche rando

Retrouver ce parcours sur les applications de randonnées :

ViewRanger    VisoRando    AllTrails

Proche de Versailles dont elle a été longtemps l’arrière-cour, le petit village de Bièvres, tout comme la vallée de la Bièvre, bénéficie d’un patrimoine historique et naturel protégés et remarquables. Son aspect pittoresque et préservé explique sans doute l’attrait d’artistes célèbres tels que Victor Hugo, Chateaubriand ou Ingres pour la commune de Bièvres. Leur héritage fait encore aujourd’hui la renommée de cet écrin verdoyant.

Serge Antoine (1927 - 2006) est un des acteurs de la prise de conscience des enjeux écologiques au plan national et international. Il est à l’origine de la création du Ministère de l’Environnement en 1971. Dès son arrivée à Bièvres, en tant qu’élu et dans les associations, il s’est employé à maintenir à Bièvres la qualité de la vie en maitrisant l’urbanisation et en protégeant les paysages. Dès 1970, il a participé au développement des sentiers de randonnée dans la vallée avec la Fédération de la Randonnée Pédestre. Il est l’artisan du classement de la Vallée de la Bièvre en 2000.

A découvrir en chemin 
  • La Vallée de la Bièvre : Située aux portes de Paris, la vallée de la Bièvre constitue l’une des vingt-trois unités paysagères identifiées dans l’atlas des paysages des Yvelines. Elle y est qualifiée de « grande nature urbaine déroulée en vallée », une originalité propre à la Bièvre en Ile-de-France. La vallée de la Bièvre, taillée dans le plateau du Hurepoix, est perçue comme une vallée intime, protégée par ses coteaux boisés. Elle constitue une grande « continuité verte » pourtant perturbée par la rencontre avec le paysage urbain, qui divise ainsi Haute et Basse vallées de la Bièvre. La Haute vallée de la Bièvre, qui bénéficie du relief le plus escarpé, a connu une urbanisation plus modérée, ce qui lui a permis de conserver un paysage en étroite relation avec sa topographie, mais aussi avec son histoire.
  • Moulin de Vauboyen : Au XVIème siècle, le moulin de Vauboyen faisait partie du domaine de Montéclin. Le hameau de Vauboyen était essentiellement composé du moulin-ferme, du château et des domaines de la Roche-Dieu et des Roches. En 1959, le moulin de Vauboyen devient la propriété de l'éditeur d'art Pierre De Tartas. Il y créa un centre d’art privé et un lieu d’échanges culturels entre artistes qui fonctionne jusqu’en 2008. Aujourd’hui, le moulin appartient à la commune de Bièvres.
  • La Maison Littéraire de Victor Hugo, au Château des Roches : La Maison littéraire de Victor Hugo est installée au château des Roches. Au temps du romantisme, cette maison appartenait à Louis François BERTIN dit l’Aîné, un mécène et fondateur du Journal des Débats. De 1815 à 1841, son salon littéraire attira aux Roches tout ce que la politique et les Arts comptaient de plus éminent : Chateaubriand, Berlioz, Liszt, Sainte- Beuve, la Duchesse d’Uzès, la Comtesse de Galard... L’hôte le plus illustre fut incontestablement Victor Hugo qui séjourna au château à plusieurs reprises de 1831 à 1845. Dans un décor qui évoque ce que fut cette demeure dans ses plus beaux jours, vous pourrez voir des objets ayant appartenu à Victor Hugo, des centaines d’oeuvres originales - manuscrits, photos d’époque, documents de toutes sortes concernant la jeunesse de Victor Hugo, ses amours, ses années d’exil, son évolution politique - sont rassemblées et présentées. Ces oeuvres, pour certaines, jadis dispersées hors de France, retrouvent leur place dans notre patrimoine national. Le domaine d’une superficie de 10 ha le long de la Bièvre s’ouvre sur un parc aménagé bordé d’un lac et d’allées de promenade. Un salon de thé
  • Le Musée des Amis de l’Outil :  Musée inscrit dans une démarche de conservation du patrimoine et proposant au public de découvrir des métiers disparus ou oubliés. Situé au centre du village, il dispose de trois niveaux totalisant environ 150 m2 de superficie. L’association LADO, fondée en 1983, a pour but la sauvegarde du patrimoine du travail manuel. Elle collecte, recense et conserve les outils anciens avec leurs métiers et leur environnement. Elle étudie, analyse et suit l’évolution de ces métiers.
  • Le Domaine Louis Ratel : Situé au cœur du village, à côté des écoles, le domaine Ratel est un site privilégié où sont rassemblées toutes les activités et installations de loisirs de la commune et l’ancienne Ferme Ratel qui accueille le centre Ratel et les activités de nombreuses associations. Il accueille également le Relais Nature, ferme pédagogique qui propose de nombreuses activités autour de la nature et de l’environnement. Restaurés par la commune en 1980, les bâtiments étaient autrefois la propriété de la famille Ratel (dont Louis Ratel, maire de Bièvres au XIXe siècle). Les 2 corps de bâtiment les plus anciens datent du XVIIe siècle et constituaient autrefois la ferme de l’ancien château de Bièvres, qui était situé sur l’actuelle plaine de jeu du domaine.

Télécharger la fiche rando

Retrouvez ce parcours sur les applications de randonnées :

ViewRanger    VisoRando    AllTrails


Pour ce projet, l'Agglo bénéficie d’un soutien financier, des Syndicats SIAB (Syndicat intercommunal pour l’Amont de la Vallée de la Bièvre), et SIAVB (Syndicat intercommunal pour l’assainissement de la Vallée de la Bièvre), ainsi que du programme de développement Européen Leader.


UNE SIGNALÉTIQUE PERFORMANTE

Chaque circuit est équipé d’un panneau de départ détaillant l’itinéraire, avec un flash code permettant de télécharger la fiche de randonnée correspondante.

Des poteaux directionnels sont installés au carrefour pour indiquer le nom et la direction du sentier. Ces poteaux sont accompagnés d’un balisage du circuit, spécifique à la fédération française de randonnée.